A rchives   F RITHJOF   S CHUON  


Skip Navigation Links

Livres sélectionnés écrits
par Frithjof Schuon

Français | English | Deutsch


Fonds documentaire sur la vie et l'enseignement
de Frithjof Schuon
• Biographies, études et témoignages
• Le procès


Biographies, études et témoignages Contenu: 2 Livres

Le procès

Texte basé sur Frithjof Schuon Messenger of the Perennial Philosophy, de Michael Oren Fitzgerald, World Wisdom, 2010, pp. 57 et 194, où on peut lire : « [...] En conséquence, les calomnies faisaient partie de façon récurrente de la vie de Schuon, comme c'est le cas pour presque toutes les personnalités éminentes dont les opinions ont un impact sur la vie d’autrui. »
Un exemple extrême d'une attaque personnelle à l’encontre de Frithjof Schuon fut celle qui eut lieu en 1991 quand un disciple voulut que celui-ci conférât à sa relation adultère une soi-disant "bénédiction ésotérique" ; Schuon refusa et lui ordonna de rompre. L'homme décida de se venger en présentant de fausses accusations à un procureur adjoint, le procureur en chef étant absent. Sur la base de ces allégations, des accusations criminelles furent portées à l’encontre de Schuon et un procès fut intenté. Il se solda par un non-lieu, d’une part faute de preuves et d’autre part par manque de crédibilité de l’accusateur dont le casier judiciaire faisait état de traitements psychologiques ordonnés par un tribunal. Lorsque le procureur en chef prit connaissance du dossier, il força son adjoint à démissionner et le fonctionnaire en charge de l’enquête fut transféré dans une autre ville.

Selon The Herald Times de Bloomington, le procureur déclara qu’hormis le témoignage d'un individu, « il n'y a pas un seul élément de preuve [...] à l’encontre de Schuon [...] une erreur s'est produite. » (21.11.1991). Le procureur reconnut également que « Schuon mérite des excuses [...] une erreur a été commise par mon département [...] le système a dysfonctionné. » (interview du 21.11.1991 sur WTHR, canal 13). Quelques jours plus tard, l'éditorial principal de ce même journal titrait : « L’affaire Schuon, un simulacre de procès. » et critiquait vertement l'inattention du procureur, occupé hors-ville par sa propre campagne politique (26.11.1991). L'accusateur, confirmant sa volonté de « détruire Schuon et son œuvre », diffusa par la suite un document contenant les mêmes allégations fallacieuses, qui laisseront un cortège de rumeurs et de ragots.


Skip Navigation Links

© 2010 - 2015